COSMOPOLITAN - NOV 2013

La consultation est menée avec vivacité, sans temps mort ni bla-bla. Lorsque le medium ne reçoit aucun flash, sur un point particulier, il l'avoue tout simplement. C'est peut-être que la réponse n'existe pas. En revanche, quand il "voit", Alexis n'est pas avare de détails. Seul point négatif, succès oblige, le délai d'attente parfois un peu long avant d'obtenir un rendez-vous.

 

 

 

 

 

 


PETIT PAUMÉ- NOV 2013

 

 

 

TRIBUNE DE LYON - juin 2013 - Dossier spécial

 

MAG 2 LYON - nov 2012 - Dossier spécial


LES 7 CLÉS DE LA VOYANCE - éd Exergue

COSMOPOLITAN - NOV 2010


 

PETIT PAUME - NOV 2010

 

GUIDE DES MEILLEURS ASTROLOGUES ET VOYANTS - NOV 2009




PETIT PAUME - NOV 2009

Le Guide de la Voyance, Anne Placier, Mai 2009




 

Le progrès Economique - Mars 2009




LYON GRATUIT - JUIN 2007

Depuis toujours vous êtes passionné par les arts divinatoires. Alexis Tournier, célèbre voyant lyonnais vous initie, dans son dernier ouvrage, de façon très pédagogique au maniement de ces 52 cartes à l’oracle de Belline. Vous avez l’été, sous la houlette d’Alexis Tournier, pour décoder le langage de l’oracle et connaitre votre avenir

Au départ, Alexis n’était pas franchement emballé par les cartes de l’oracle de Belline. Le côté simpliste du dessin rebutait quelque peu le voyant. Puis les circonstances l’ont amené à creuser un peu l’histoire de cet oracle. Celle-ci commença au XIX ème avec le mage Edmond qui s’illustra avec des prédictions fameuses. Marcel Belline, dans les années 60, presque par hasard retrouvera ce jeu de cartes qui selon ses dires lui brulera les doigts. Avec ce jeu dont la symbolique des cartes est très simple, il rencontrera un franc succès et le fera sortir de l’oubli et lui donnera son nom. Alexis Tournier après une pratique quotidienne et des milliers de tirages, avouera sans détour son engouement pour l’oracle de Belline au point d’en faire un livre. Après avoir présenté clairement la façon d’utiliser l’Oracle, le voyant présente les 52 cartes, leur message suivant leur positionnement dans l’ordre du tirage. Il termine avec trois consultations complètes qui apportent des réponses claires aux consultants. Une telle synthèse ne s’acquiert pas du jour au lendemain … Mais l’ouvrage s’aborde facilement et permet de se lancer sans à priori, ni complexe.
Alexis Tournier se destinait à une carrière d’ingénieur mais son karma en a décidé autrement. A 20 ans, ce matheux délaisse équations et théorèmes pour suivre sa passion : les arts divinatoires et la voyance. Heureusement pour nous ! Le jeune homme étudie, lit, se documente et travaille avec ses pairs. Il pose ses malles à Lyon. Le bouche à oreille fonctionne très vite. Alexis impose un style, une façon de consulter bien loin de l’image des bonimenteurs qui vous prédisent votre devenir au gré de vos réponses et de votre portefeuille. Alexis Tournier après avoir cerné dans les grandes lignes votre situation fait appel aux cartes souvent mais pas forcément et procède à une analyse de la situation. Au gré des questions du consultant, il orientera sa recherche sur la profession, les relations amoureuses, les liens familiaux. Pas d’emphase ni de mise en scène, il travaille dans le ressenti. Fort de son expérience et ayant une envie de transmettre son savoir Alexis assure des formations, anime des émissions de radio et écrit le "Tarot vous parle" en 2005.

http://www.lyon-webzine.com/livres-et-musique/event-1825-lavenir-avec-loracle-de-belline.html

PETIT PAUME - NOV 2006

Si jamais il ne ressent rien chez vous, Alexis coupera court à la consultation, pas besoin de raconter n'importe quoi. A-t-il vu mon futur ou l'idée que je m'en faisais ? En tout cas, la description était agréable à entendre et il n'a pas eu besoin de me mitrailler de questions pour rebondir sur mes réponses.
Alexis m'a tout de même troublé. Quelques remarques singulières et justes, notamment sur ma santé, m'ont laissé songeur une fois reparti.

http://www.petitpaume.com/week-end-a-lyon/revelation-138.htm

 

 

 

 

COSMOPOLITAN - NOV 2005

« Réunion Sentimentale »
Christelle, 31 ans, secrétaire
« Je suis allée consulter Alexis Tournier en septembre 2004. Sur le moment, il avait bien saisi le caractère de ma mère en décrivant son coté « mère juive » assez possessif. Il avait raison en disant qu’elle préférait mon frère, mais je ne pensais pas que cela pouvait, à ce point, être à l’origine de mon manque affectif. J’y ai beaucoup repensé et j’ai gagné une certaine confiance en moi. Mais le plus étonnant, c’est qu’à plusieurs reprises Alexis Tournier a eu un flash de moi sur une île. Il décrivait les plages, les cocotiers, la chaleur humide et même un volcan : il semblait persuadé que j’avais vécu ou que j’allais vivre à la Réunion. Or je lui certifiais que non, ce n’était pas le cas, ni prévu. Sur le plan sentimental, il avait saisi que ma relation avec mon mari s’effilochait de jour en jour. Mais il m’a surprise à nouveau en m’annonçant que je connaîtrais quelqu’un d’autre car je ne désirais absolument pas divorcer. Il évoquait un figure du passé, un homme que j’avais déjà aimé… Je me disais qu’il inventait, que c’était du délire. J’ai eu la preuve du contraire, trois semaines après. Un certain Pascal m’a contactée sur le site « Copains d’avant » qui permet de retrouver ses camarades de classe autrefois. J’en ai été heureuse car Pascal et moi avions fréquenté le même Lycée, et nous étions sortis ensemble. C’était mon premier amour mais à vrai dire, je ne pensais plus à lui. On a échangé des mails ; il a divorcé, a deux enfants, et devinez où il vit ? A Madagascar… Il travaille dans le tourisme et est souvent à la Réunion. Je suis allée le voir pendant les vacances de la toussaint – 7 jours en hôtel club à la Réunion. Il m’y a rejointe et nous sommes à nouveau sortis ensemble alors que l’on se trouvait au pied du volcan, en pleine nuit. Il m’a proposé de venir vivre avec lui. J’e ai parlé à mon mari, et nous envisageons une séparation… vie de refaire ma vie avec lui. »

Alexis Tournier consulte à Lyon, et par téléphone. Il enseigne également le Tarot de Marseille par petits groupes de dix. Sportif accompli, l’été dernier, Alexis a participé aux épreuves de Koh-Lanta sur TF1. 04 37 64 63 08.

 

PETIT PAUME - NOV 2005

L’appartement d’Alexis Tournier ressemble aussi peu à l’idée que je me faisais du repère d’un voyant tarologue, que ma chambre à la roulotte d’une diseuse de bonne aventure. Balayé donc, le stéréotype du voyant pour ne garder que l’image de la concentration d’Alexis me dévoilant les grands traits de mon avenir. Je lui reconnais une clairvoyance qui m’a parfois troublée, mais ses prédictions souvent imprécises jamais ne me bluffèrent…

 

 

 

 

 

LYON FEMMES - DEC 2004

« C’est le plus jeune des cinq voyants que Lyon Femmes a consultés. Cheveux châtains, yeux marron, très souriant, Alexis Tournier a l’air d’avoir 25 ans. Et il a le bon look. En plus, il est très sympa. Il me propose de m’asseoir dans un fauteuil confortable. La déco du salon est agréable : canapé en tissu rouge, table basse en verre… Avec bien sûr un bâtonnet d’encens qui diffuse son parfum magique.

Très direct, il prend une feuille de papier et me demande simplement mon prénom et la date de naissance. Il me regarde droit dans les yeux et commence à parler. Sans me poser aucune question ! Il décrit alors ma personnalité, mon caractère, ma façon de penser. Impossible qu’il me connaisse, on ne s’est jamais rencontrés, on ne s’est jamais parlé… Et pourtant, je me reconnais totalement dans le portrait qu’il fait de moi ! Mieux : il devine ce que j’aime faire dans la vie, mes loisirs, mes projets… Il évoque ensuite mon parcours professionnel. Il me voit d’abord dans le commerce, puis, tout à coup, il se rétracte. Finalement, il me voit plutôt journaliste ! Bien vu. Il me demande alors quatre chiffres. Il dessine des petits ronds. Il me prédit alors un bel avenir professionnel. Je suis de plus en plus impressionnée. Je n’ai pas encore parlé et pourtant j’ai l’impression qu’il me connaît. Par contre, côté sentimental, il ne voit rien ! Pour finir la séance, je lui montre quelques photos d’amis. Et là encore, il a tout juste. Je lui sors même un portrait d’une journaliste de Lyon Femmes et, en quelques phrases, il réussit à me raconter précisément sa vie sentimentale. Je suis bluffée. Cet Alexis Tournier est impressionnant. Et en plus, il me prédit une belle rencontre dans six mois. Reste à savoir si tout çà va vraiment se réaliser. En tous cas, on a envie d’y croire. Et ce n’est pas cher pour rêver : 60 euros !

Accueil : 4/4, Crédibilité : 3/4, Disponibilité : 4/4, Qualité-prix : 3/4 »

 

COSMOPOLITAN - NOV 2002

Voici un très jeune homme, ambitieux et apparemment pressé de se faire un nom, mais pas à n’importe quel prix.
Alexis Tournier vit à Lyon, et reçoit sa clientèle de fidèles, visiblement séduits par ses dons et sa sincérité. La consultation au téléphone est conduite avec vivacité, sans temps morts, ni blablabla inutile.
Lorsque, sur un point particulier, le médium ne reçoit aucun flash, il l’avoue sans ambages. C’est peut-être d’ailleurs que la réponse n’existe pas – ou pas encore. En revanche, s’il « voit », Alexis ne se montre pas avare de détails. « Une maison à l’ouest », « une personne plus jeune que vous », « un attachement dans ce pays mais pas de maison », voilà le genre de réponses qu’il fournit sur des sujets dont il ignore tout. Son ressenti rejoignait nos propres impressions.

En conclusion, son intervention nous a semblé rafraîchissante, éclairante, de qualité, et d’une rigueur appréciable chez un spécialiste aussi jeune. Même si l’on peut regretter qu’en raison de sa jeunesse, précisément, Alexis manque parfois de sagesse et de l’expérience des aînés.
Mais cette réserve ne résistera pas à quelques années de pratique supplémentaires, et gageons qu’Alexis deviendra bientôt un grand nom de la profession.

 

L'OFFICIEL DE LA VOYANCE - de mars 2003 à novembre 2004

 

 

GUIDE DE LA VOYANCE - MARS 2002

Guide de la voyance - Anne Placier - éd. Kiron-Lebaud - mars 2002

« Ce n’est pas évident de gérer les attentes des gens. Ils viennent pour avoir un réconfort. C’est difficile de leur dire de chercher un autre travail parce qu’on voit une rupture de contrat. » Et c’est plus difficile encore lorsqu’on est un jeune voyant de 24 ans. Alexis possède un vrai don et une indéniable honnêteté. Un talent prometteur.

 

 


 

PETIT PAUME - NOV 2001

Avant : j'y crois, j'y crois pas ? Va-t-il me dévoiler certains secrets ?

Pendant : ébahie, je n'entendis que des vérités sur moi et mon entourage. Et mes projets ? Il m'a plutôt bien éclairé.

Après: si, un jour, je suis quelque peu paumée, j'y retournerai.

 

 

 

 

PETIT PAUME - NOV 2000

Alexis Tournier vous propose quelques pistes sur votre avenir et répond à quelques questions sur le destin de vos amis. Un sens de l'écoute et une empathie certaine, il ne vous reste plus qu'à voir si les prédictions se réalisent.

 

 

 

 

 

 

PETIT PAUME - NOV 1999

L'ambiance est feutrée, le jeune homme est beau et sympathique, les tarots sont intarissables, voilà, le décor est planté. L'excentricité des voyants serait-elle un mythe ? Et... et... il est donc possible de se passer de la panoplie du parfait voyant.

Accordez votre entière confiance à Alexis Tournier et laissez vous porter par ses paroles souvent justes, parfois émouvantes.

 

 

 

 

 

GUIDE DE LA VOYANCE . COM - sélection 2005

interview 2005 || voir aussi itw 2007

A l'occasion de la sortie de son premier livre "Le tarot vous parle", nous avons rencontré un voyant de talent. Alexis Tournier, jeune voyant, exerce son activité avec discrétion et sérieux à Lyon. Tout commence à l'âge de 18 ans où il se lance à la découverte du tarot. Aujourd'hui, il propose, des consultations, des conférences et des formations autour du tarot. Alexis Tournier possède le don de prédire l'avenir. Son talent est prometteur. Nous vous proposons de le découvrir à travers cette interview.

La Rédaction : Comment définiriez-vous votre activité ?

Alexis Tournier : Je suis un professionnel des arts divinatoires. C’est-à-dire, comme le nom l’indique : je suis chargé de deviner l’inconnu et de prédire l’avenir. Mais je dirais plus trivialement que je suis une sorte de radar qui permet d’établir une « cartographie » du consultant qui me rencontre. Je lui parle de lui, de là où il en est dans sa vie, de ses potentiels, de ce qu’ils peut ou pourrait en faire. Je lui parle de son entourage et observe ensuite les perspectives qui sont devant lui, ce qui l’attend dans l’avenir mais aussi comment il peut gérer son destin et lui donner une tournure épanouissante.

R : Quand avez vous eu votre première expérience de voyance. Pouvez vous nous parler de vos débuts ?

AT : Je ne m’en souviens pas vraiment car ma voyance s’est développée progressivement tout au long de mon enfance et de mon adolescence. J’ai toujours été très intuitif et à l’écoute du monde qui nous entoure. C’est autour de 15 ou 16 ans que je me suis mis à vivre des expériences fortes qui ont chamboulé mon champ de conscience : dédoublement, rêves prémonitoires, expériences médiumniques. Tout cela fut déstabilisant et a nécessité un gros travail pour canaliser mes capacités qui se mettaient alors en place.

R : Comment se passe une consultation avec vous ? Quel est son déroulement ?

AT : Je commence toujours par dresser un portrait du consultant, psychologique d’abord, puis petit à petit je tisse la trame de son actualité, de ce qui va et de ce qui ne va pas. Je situe son entourage, lui parle de sa famille, ses collègues de travail, etc. Généralement, je trouve aussi ce à quoi le consultant aspire, ce dont il rêve, ce qu’il aimerait. J’essaie de voir s’il y arrivera en examinant ses forces et ses faiblesses. Je décris l’avenir que je perçois mais je reste toujours mesuré en rappelant sans cesse que le libre arbitre existe et que l’avenir n’est pas toujours complètement écrit à l’avance. La vie est une gigantesque loi de cause à effet : le futur n’est que le résultat de ce qu’on entreprend aujourd’hui.

R : Lors d’une consultation, que voyez-vous ? Avez vous des flashs, des ressentis, travaillez vous avec des supports… ?

AT : Cela va dépendre de mon humeur, de ma disponibilité, de ma bonne forme et aussi du consultant. Généralement, il s’agit d’un savant mélange d’examens tarologiques et de voyance directe. Souvent j’utilise la géomancie pour obtenir une tendance sur l’actualité ou sur l’avenir. Cela me donne un point de repère qui fixe ensuite mes flashs et je prends principalement les lames majeures du Tarot pour les questions précises.

R : Le courant passe –t-il de la même façon avec tous les consultants ?

AT : Absolument pas. Statistiquement, je ne vois rien dans 1 cas sur 10. Cela peut venir de moi, si je ne suis pas bien centré, ou du consultant si celui n’est pas clair dans sa démarche de consultation. J’entends par là, s’il vient pour se passer le temps, pour me tester ou s’il est dans un état de fragilité trop important.

R : Jamais vous ne vous trompez ?

AT : Bien sur que si ! Jusqu’à preuve du contraire, je ne suis pas Dieu le père : je n’ai pas réponse à tout, sur tout et tout le temps. Dans une consultation, tout n’est jamais juste à 100 %. En voyance, je donne des tendances, je préviens et avertis des dangers, annonce les succès possibles mais au bout de la chaîne, c’est toujours le consultant qui dans sa vie doit faire des choix et les assumer ensuite.

R : Selon vous, notre destin est-il déjà tracé ?

AT : Justement non je ne pense pas. Evidemment, il y a toujours une sorte de prédétermination liée à l’environnement dans lequel vous venez au monde : pays, société, famille, enjeux culturels, moraux et religieux…. Mais dans l’absolu, je crois que nous vivons une ère où le libre-arbitre est de plus en plus important. Autrefois, vous naissiez paysans et vous étiez sur de mourir paysans. Aujourd’hui tout est possible, notre civilisation rapide, moderne fait que nous pouvons changer de métier, de vie affective, de pays… Nous cherchons plus de bonheur et de sens à mettre dans notre existence. Et pour cela nous nous prenons en main, nous sommes prêts à beaucoup de choses. Donc oui, pour moi le libre arbitre existe et heureusement !Je trouve beaucoup plus sain de concevoir la vie en se disant que l’on est maître de son destin plutôt que de se dire : de toute façon tout est déjà écrit d’avance, il n’y a rien à faire, juste attendre et subir !

R : Quelles sont les motivations des personnes qui vous consultent ?

AT : Elles sont assez variées mais tournent toujours autour des même thèmes qui nous animent tous et font notre vie. On veut connaître sa vie amoureuse, savoir si l’homme rencontré est le bon, diagnostiquer les problèmes d’un couple ou voir l’évolution d’une carrière. On me consulte toujours lorsqu’il y a une inquiétude quelque part, pour soi ou pour un membre de sa famille, pour recueillir un avis, confirmer ou pas ce que l’on pensait déjà.

R : Etre un confident attire plus en soi des amis ou des ennemis ?

AT : Il est certain que les personnes que je rencontre se confient toujours un minimum mais mon rôle n’est pas d’être un confident. Cela sous-entendrait que je passerais les consultations à écouter les gens me raconter leur vie alors que c’est exactement l’inverse. C’est moi, qui sans les connaître leur parle d’eux à travers ce que je capte dans ma sensibilité. Certaines personnes ont besoin de s’épancher et d’être comprises dans leur soucis mais dans l’absolu, je ne tiens pas à jouer le rôle d’un psy.

R : Etes vous tenté d’utiliser la voyance pour vous même ? Si oui est-ce possible ?

AT : Oui j’utilise de temps en temps des supports divinatoires pour répondre aux questions que je peux moi-même me poser. Je crois aussi que j’ai une intuition suffisamment centrée pour arriver à connaître et anticiper ce qui se passe ou qui se passera pour moi.

R : Comment réagit votre environnement amical face à votre activité ? Y mettez vous une frontière ?

AT : Exercer la voyance n’est pas une activité facile à assumer socialement. Quand je rencontre du monde, les gens ont souvent deux attitudes : soit ils méprisent cette activité et ne me prennent pas très au sérieux, soit ils sont adeptes et m’enquiquinent avec tout un tas de question sur leur cas personnel. Dans tous les cas, on me demande souvent de me justifier, d’expliquer comment on en arrive là ou comment çà marche et si çà gagne bien. Finalement c’est assez désagréable ; en général, j’aime que l’on me fiche la paix, je fais rarement état de ma profession.

R : Vous venez de sortir un livre « Le tarot vous parle » qui permet au lecteur de lire son avenir à travers un jeu de tarot, n’est-ce pas scier la branche sur laquelle vous êtes assis ?

AT : De nombreuses personnes s’intéressent au Tarot. C’est un système divinatoire en phase avec notre pensée et notre culture occidentale qui le rend très intéressant et très accessible si on veut bien s’y mettre. Car en effet le tarot est un objet austère aux images rébarbatives. J’ai donc écrit ce livre pour accompagner les personnes désireuses d’utiliser cet outil de connaissance de soi et de divination. Dans la première partie, je détaille les 22 lames majeures en les abordant avec un ton léger et contemporain. Dans la deuxième partie, je propose un dictionnaire d’interprétation permettant au lecteur d’interpréter ses propres tirages en croix.

R : Une journée avec Alexis Tournier c’est quoi ?

AT : Il n’y a rien d’extraordinaire à raconter. Disons simplement que je consulte peu chaque jour. Rarement plus de 3 ou 4 personnes pour des raisons de disponibilités intérieures. Par ailleurs la voyance n’est pas ma seule occupation : je fais beaucoup de course à pied (je m’aligne régulièrement sur des marathons) et pratique le théâtre en amateur ce qui me donne l’occasion de monter sur scène de temps en temps. La voyance est un métier exigeant. La qualité des consultations dépend de la qualité de vie du praticien. Je m’emploie donc beaucoup à mener une vie équilibrée sur le plan privé, sur le plan social et physiquement au niveau de l’hygiène de vie. Il faut éviter de se disperser, de se laisser parasiter par des émotions néfastes. La pratique de la méditation et de la prière sont des aides efficaces en ce qui me concerne.

interview 2007

La Rédaction : Dans la lignée de votre premier livre en 2005, "Le Tarot vous Parle", vous publiez votre deuxième livre, "L'Oracle de Belline vous Parle". Quelle a été votre rencontre avec cet oracle ?

Alexis Tournier : Les arts divinatoires m’intéressent depuis très jeune mais pour l’Oracle de Belline, c’est une rencontre surprenante car au départ, celui-ci ne m’attirait pas vraiment. Je le connaissais un peu mais ce que j’en avais vu ne m’inspirait pas : les dessins un peu tristes, les mots-clés pas toujours très positif, je trouvais ce jeu désagréable… Rien, dans ces cartes, ne me donnait envie de lâcher le sacro-saint Tarot de Marseille que j’utilisais depuis mes premiers pas dans l’univers de la voyance.

Une nuit, au cours d’un rêve étrange, le prénom Edmond m’a été soufflé. Ne connaissant personne ainsi prénommé, je n’ai pas du tout compris le sens de ce message et de ce songe mystérieux. Le lendemain, à la fin de ma journée, je traînais dans les rayons ésotériques d’une librairie de Lyon et j’ai regardé l’étagère des jeux divinatoires et tarot. J’en ai examiné quelques uns avant d’empoigner machinalement un Oracle de Belline qui était déballé. J’ai observé une nouvelle fois ces cartes, et ce jour là, mon cœur s’est arrêté net lorsque j’ai vu que certaines d’entre elles étaient signées du prénom Edmond. Le lien avec mon rêve se matérialisait sous mes yeux avec les cartes de l’Oracle de Belline. Je n’ai pas attendu davantage et j’ai acheté le jeu. Comme si le destin m’avait mis sur sa voie, j’ai pris le temps d’étudier ce jeu, que j’avais peut-être jugé un peu vite, de le tester, pour finalement, l’aimer et découvrir la force, la richesse et la qualité de ses réponses.

La Rédaction : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce sujet ? Quel est son origine ?

Alexis Tournier : Malgré le nom qu’il porte, cet Oracle n’est pas l’œuvre de Marcel Belline. Comme il le raconte lui-même, c’est un jeu qu’il a trouvé et popularisé grâce à la notoriété qu’il avait dans les années 60. C’est dans le grenier d’une de ses consultantes, au fond d’une malle, que Belline a découvert ce jeu de cartes dessiné par un voyant, Edmond, qui exerçait son activité au 19ème siècle. Ce qui a touché Belline, outre les dessins qui, à lui, lui plaisaient ; c’est cette coïncidence troublante : Edmond et Belline, à 100 ans d’intervalle, exerçaient leur métier, dans la même rue et seulement à quelques numéros de différence…

Concernant l’oracle lui-même, il s’agit d’un jeu divisé en sept groupes de sept cartes, chaque groupe étant sous l’égide symbolique d’une planète astrologique. Les cartes comportent toutes un dessin simple, un nom et un symbole qui donnent le sens…

La Rédaction : Votre livre est à la portée de tous. A-t-on besoin d'un don, de connaissances ou de facultés particulières pour lire l'avenir par votre méthode ?

Alexis Tournier : C’est un livre pratique qui se veut à la portée du néophyte comme de l’expert. Non, il n’y a pas besoin de don particulier. En la matière, tout le monde possède, au minimum, une capacité d’intuition et de ressenti qui allié aux cartes et aux textes du livre permettent à chacun d’interpréter les réponses données par l’oracle. Les descriptions des cartes sont simples et le maniement du tirage en croix se révèle très facile.

La Rédaction : Vous proposez des consultations à Lyon. Aussi, vous animez des stages, des conférences autour des arts divinatoires. A en croire ces nombreux rendez-vous que vous fixez, y-a-t-il plus de personnes cherchant à développer un don ou une faculté particulière ? Comment expliquez vous cet intérêt de personnes s'initiant à la pratique des arts divinatoires ?

Alexis Tournier : Je crois que beaucoup de personnes s’aperçoivent qu’elles ont de l’intuition, du ressenti et plus généralement, des capacités extra-sensorielles. Je le vois quotidiennement avec les personnes que je rencontre, tout cela n’est pas réservé à une petite élite. Bien au contraire. Et avec les consciences qui s’ouvrent, l’intérêt croissant pour des valeurs humanistes et spirituelles, les gens cherchent à devenir plus maîtres de leur destin, de ce qu’ils sont, des capacités dont ils disposent et qui restent parfois en sommeil. C’est sans doute ce qui explique pourquoi j’accueille en effet de plus en plus de personnes dans des ateliers et séminaires que je propose sur les arts divinatoires et le fonctionnement de la voyance. Les gens ont envie de connaître, non pas leur avenir, mais le moyen de devenir plus sensitif, plus intuitif et ainsi, être davantage en phase avec l’univers qui nous entoure.

La Rédaction : Quels sont vos projets, vos objectifs ? Etes-vous déjà dans l'optique d'un nouveau livre ?

Alexis Tournier : Mes projets et objectifs sont très variés. Mon travail de consultation et de formation me passionne toujours, c’est mon activité principale qui me nourrit intérieurement beaucoup. Oui je continue à écrire mais je garde pour moi les projets que j’ai en cours à ce sujet, cela ne concerne pas nécessairement la voyance d’ailleurs. Parce que bien d’autres sujets m’intéressent, comme tout le monde, le théâtre notamment qui me prend de plus en plus de temps, la course à pied ou la photographie…